Life Is Beautiful - Gros magazine trance goa

Life Is Beautiful - Gros magazine trance goa

article censuré sur Move and be trance

Et des puters, pour les mecs. Ou des gigolos. Ou des DSK.
En tout cas les Hipsters sont devenus la gangrène de l’internet, le sida de la culture jeune, la lèpre de la sociologie, la diarrhée des réseaux sociaux. Mais bon avant de se répandre en insultes, soyons polis, présentons-les au moins ! Magnéto !

Donc, vous l’aurez compris, un hipster n’est autre qu’une version blanche et citadine de…

 

Eh oui…

Le hipster de notre génération, comme Facebook, est un phénomène devenu viral entre décembre 2006 et novembre 2009. Son milieu naturel : les réseaux sociaux, où il y dégueule ses statuts exclusivement en anglais, lingua franca de ces connards, et sur Twitter, où il partagera des photos prises en plongée (comme son prédecesseur : l’emokid à la page myspace tunée) avec, wellof course, Instagram. Il a environ la 20aine mais porte sans complexe la même moustache que Tom Selleck, va à l’université mais surtout au PMU pour jouer au flipper. Ou au bingo. Ou aux fléchettes. (une règle de la planète hipster : un vêtement, une activité, un loisir atrocement pas cool, est, en fait cool).

Tom Selleck c’est mon mec

Sa généalogie ? Nos meilleurs spécialistes s’accordent à dire que les Hipsters descendent des « emos », ces dépressifs de pacotille qui se tranchaient les veines avec une règle Diddl sur du My Chemical Romance. Mais ne lui dites jamais cela, car le premier commandement, celui que le Moïse des Hipsters a gravé est celui-ci : tout ce que je fais, je l’ai commencé avant que ce soit cool. Tel un chat qui craint l’eau, le hipster craint le « mainstream », le goût de la populasse dégueulasse cradasse. D’ailleurs, il ne parle qu’anglais, regarde ses séries en anglais (quoi ? tu regardes HIMYM doublé en VF ?!) et ne jure que par l’Australie, parce que c’est trop cool de jouer de la guitare sur la plage. Le hipster est cool, met des Converses faussement dégradées (des vraies, il a des sous), des lunettes super hypra cool de grand-mère (il aime le vintage), des sacs en toile avec des messages hypra cool et des dessins trop cool, un slim trop cool (il se doit de peser au maximum 30kg crotte de la veille comprise), bref. Il est vraiment cool.

J'ai l'air d'avoir un aéroport dans les fesses mais c'est hipster.

« J’ai un aéroport dans les fesses mais j’ai l’air cool »

Le hipster, quand il ne porte pas son super tee shirt waikiki tellement ironique, s’habille parfois chez The Kooples, il lui arrive de faire des pubs pour cette marque faits pour les gens très compliqués dans leur tête, en posant avec sa copine depuis 3 jours, toujours en plongée (pour faire plus mince) et sans jamais sourire. Sourire c’est mainstream. Il complète ses tenues qu’il a étudiés pendant 3/4 d’heures avant de sortir parader d’accessoires sortis des années 80 ou 90 (bref de JADIS) mais tout de même produits en 2012, avec une nonchalance aussi honnête que Pamela Anderson dans une pub pour l’abstinence, et surtout, il prend des photos. Argentiques. Avec des Minolta. Des Lubitel. Ou un lomo. Non pas qu’il est passionné de technologie à travers l’histoire, il ne saura pas vous réparer le Kodak de grand-mère Henriette (de toutes façons il a encore quelques week ends à consacrer à son vélo fixie), juste parce qu’en grand esthète, il ne résiste pas aux beaux halos des clichés des citoyens des anciennes républiques soviétiques. A ce sujet, le hipster, en pseudo-geek respectable est équipé niveau technologie. Mais n’étant pas à une contradiction près, il a pour marque préférée Apple. Oui en fait tout le monde a un iPod et un MacBook, ne lui dit pas ça malheureuse, il en avalerait son café Blue Jamaican de travers. Le hipster se plait aussi à être un peu nerd, prétendant jouer à des jeux en 8 bit et organisant des soirées Civilization avec ses amis followers.

Soyez en averties : les hipsters sont de plus en plus nombreux. La proportion de slims/converses/sac en toile me donne des nausées. Parce que les Hipsters, c’est toutes des putes. Regardez les se promener vers Colonel Fabien avec leurs jambes filiformes à force de se nourrir exclusivement des graines aux noms de yoga chinois que même les perroquets n’en voudraient pas et s’échangeant leur goûts musicaux non pas en suivant leur qualité mais selon leur degré de coolness (inconnu² + √nom en anglais x poil sur le caillou = degré de coolness). Bref, plus c’est obscur, moins t’en as entendu parler, moins t’en entendras parler, plus c’est hipster. « Alors moi tu vois j’écoute que Little Poo Of The Bird, Bryan Is In The Kitchen et I Would Like A Cheeseburger Please, mais que leur deuxième album, avant qu’ils passent sur MTV le 13 mai 2002 vers 1h30 du mat’ tu vois ». Ce qui me donne envie de les étrangler avec leur écharpe de Yasser Arafat. N’essayez pas de leur parler de films non plus, vous aurez peut être le malheur de citer un film tout sauf hipster comme « Titanic » et vous passerez pour un blaireau. A moins que ça soit considéré suffisamment pourri pour bénéficier d’un retour de grâce. Mais vous serez plus en sécurité si vous lui soutenez que vous a-do-rez les films de Rainer Langweile , surtout « Du hast eine Kackfresse* ». Vous jubilerez, vous aurez cogné le hipster qui, pour les plus malhonnêtes d’entre eux, diront « ah mais je le connais just by the name, you kno… tu vois quoi… ah j’ai tellement l’habitude de talking in english, sorry… ». Le hipster d’ailleurs aime l’ironie et le sarcasme, qu’il affiche sur des images célébrant… lui-même, convaincu de sa supériorité intellectuelle.

Comme tout bon intello, il adore l’art, et la photographie surtout  (Da Vinci n’est pas hipster voyons, tout le monde va voir ses tableaux au Louvre) qu’il agrémente de phrases philosophies niveau Femme actuelle, faciles à détourner… Enfermons-les tous dans des charter easyjet vers Londres, Berlin et Budapest, baîllons-les avec leurs bandeaux à cheveux en poil de cul de Cherokee, gavons les de mayonnaise et remplissez le placard de son loft de Kiabi, aplatissons leurs têtes de cons avec leurs MacBook extra fins, confondons leurs cheveux de Chewbacca empaillé avec une brosse à chiottes, PENDONS-LES PAR LEURS POILS DE MOUSTACHE DEVANT LE VIRGIN MEGASTORE, brûlons-les avec leurs t-shirts aux phrases qui finissent par un point, vendons-les à des mac bosniaques !

Alors le jour où les hipsters seront vraiment morts, comme le prophétie un article, je les regarderai avec plaisir se noyer dans leur arrogance, s’enfoncer vers le vide à cause du poids de leurs gameboy color dans leurs poches et de leurs lunettes de Monsieur Patate.

* = « tu as une tronche de caca »



08/05/2021
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 8 autres membres